Une virée dans les écrins: projet autonomie de Nicolas Morin et Virgile Devin.

Une virée dans les écrins: projet autonomie de Nicolas Morin et Virgile Devin.

-Ca te dit une grosse bartasse pour cet été?

-Bah ouais évidemment  tu voulais faire autre chose?

 

C’est à peu près comme ça que notre projet de l’été a démarré. On avait prévu de passer trois jours au soreiller et ensuite de faire la traversé Râteau-Meije.

3 juillet, 17:30 : On gare le beau camion rouge de Nico au départ de la montée du soreiller, il est temps de faire les sacs pour trois jours de bivouac, résultat: 24 kg par sac. Nico finira par en porter 26 (c’est raide ce chemin). On arrive au site de bivouac 2h20 plus tard et on s’endort sur-motivé pour la voie du lendemain.

4 juillet, 4h20: Départ en direction de la tête du rouget pour la voie « le trésor de rackam le rouget ».

6h00: début des hostilitées sur un rocher rouge sombre aux formes particulières pour du granit.

A gauche: Nicolas.

A droite: une longueur de 50 m avec… 5 points! Avant-dernière longueur avant le sommet atteint à 14 heures.

 

 

 

17h: retour au bivouac après rappel et marche dans les névés.

 

5 juillet, 4h40: Réveil difficile pour un départ dans « visite obligatoire » à 6h. On enchaîne les longueurs aussi magnifiques que engagées pour arriver au sommet de la Dibona à 10h30 et un retour au refuge 1h30/2h plus tard juste avant la pluie. On aura été la seule cordée à atteindre le sommet ce jour là.

 

6 juillet: Ce jour là direction l’aiguille centrale du Soreiller en passant par la pointe d’Amont dans un itinéraire ouvert l’an dernier en P4. On finit par tirer tout droit jusqu’à la pointe d’Amont en corde tendue dans du 4+ car le topo C2C est vraiment étrange. On relie la pointe d’Amont et l’aiguille par une arête facile entouré de nuages: ambiance exceptionnelle!

Sommet de la pointe d’Amont

~17h: Arrivée au bivouac, il est temps de tout ranger et d’aller retrouver le camion de Nicolas dans la vallée pour dormir, manger et surtout se laver.

Le bivouac du Soreiller où nous avons dormi trois nuits

 

7 juillet: la journée commence par un gros petit-dej’, puis par des courses et la préparation de la traversées Râteau-Meije que l’on va faire en hors-sac. On commence la montée au refuge de la Selle en fin d’aprèm pour arriver à 20h45 au refuge.

 

8 juillet, 3h: Départ du refuge, direction le Râteau Ouest en passant par le pilier Candaux où l’escalade y est belle et facile (corde tendue) sur un beau granit.

  

Sommet du Râteau Ouest, milieu de matinée: Tout se déroule très bien jusqu’à présent, on décide de traverser par les vires car c’est censé être plus court (4h au lieu de 7h pour les arêtes), mais au lieu des vires nous nous retrouvons à faire toute la traversée dans des éboulis et du rocher péteux: c’était horrible jusqu’au sommet Est.

Sommet du Râteau Est, fin d’aprèm: On sort enfin de l’enfer par une arête assez jolie et on entame la descente par l’arête nord-est. On atteint le refuge du promontoire à 20h30.

La sortie… ah non il faut encore redescendre au refuge.

 

9 juillet: On part du refuge un peu avant 5h pour faire la face sud de la Meije par la Pierre Alain. On part en grosse mais on va rapidement mettre les chaussons pour pouvoir tout grimper en corde tendue. On grimpe avec beaucoup d’hésitation par rapport à l’itinéraire ce qui nous fait perdre un peu de temps jusqu’au niveau du glacier carré (vire à bicyclette) où on fait une pause (de 1h, la fatigue de la veille se fait un peu sentir) pour manger. Après avoir perdu Nicolas dans une traversé en dalle hyper compacte, il fait demi-tour et on est reparti pour atteindre le sommet sans difficulté.

Nicolas dans une partie facile après le Râteau de chèvre.
On a trouvé le sommet!

Après être allé au sommet il faut encore traverser la Meije. On se retrouve a 20h seul sur l’arête dans une ambiance magique et spectaculaire qui nous récompense de l’ascension.

On atteint l’aigle un peu avant vers 23h30 après avoir aidé des retardataires comme nous.

En conclusion cette virée en montagne nous a bien amusé et nous a donné quelques bonnes habitudes en montagnes.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.