Sortie Promo du 19 et 20/11/2016 – Mont Peney et pointe du sifflet

Sortie Promo du 19 et 20/11/2016 – Mont Peney et pointe du sifflet

Pluie, neige, vent… la météo du week-end ne semblait guère nous sourire et c’est donc au Mont Peney, dans les Bauges, que nous nous sommes rendus pour une session artif. Après une petite approche sous la neige, qui elle aussi était au rendez-vous, Benoît nous a expliqué les bases : progression en artif, pose de pitons, … et ce fut à nous de jouer !

image-1
Premiers pas, premiers pitons posés par des coups de marteaux souvent maladroits (“c’est comme ça que tu plantes les clous chez toi ?!”), et même premiers rayons du soleil à travers les nuages! Une heure après, les apprentis grimpeurs d’artif avaient déjà effectué une impressionnante progression d’au moins… deux mètres !

Peu à peu, on ose, on teste, on expérimente plus ou moins heureusement les différentes techniques. Il faut dire qu’on a le droit à tout, friends, pitons, câblés, piolet, alors autant en profiter ! Parfois, un piton saute ou un friend reste dans les mains de son apprenti utilisateur, quelques pavasses volent.

Ou comment inspirer la confiance : “Non non, ton piton ne va pas faire sauter le bloc, mais je me mets quand même à l’abri, hein !”

On apprend peu à peu à reconnaître les différentes sonorités : le piton qui ne “chante” pas assez et que l’on va sûrement récupérer à nos pieds si on se risque à le tester, le rocher qui lui parfois chante un peu trop au goût de certains sur les voies de droite, … :-).

Puis c’est le moment de se pendre de tout son poids, dans la joie et la bonne humeur, aux crochets goutte d’eau. La progression à coups de marteau se transforme alors en  “grimpe millimétrique”, le tout avec un sourire… un peu crispé, certes !

Vers 14h, le premier groupe de grimpeurs confectionne plus ou moins artistiquement de jolis relais pour laisser leurs assureurs remonter sur corde et terminer la voie au soleil. Alors que les garçons finissent les voies de leur binômes, Solveig et Claire s’attaquent au toit. Pas si évident! Si bien qu’alors que les garçons déséquipent leur longueur, les deux filles sont toujours là-haut!
Solveig invente le “spit-piolet” (action de coincer son piolet en clippant le spit et de le laisser en place pour le reste de la montée) et Claire avance pas à pas.

Une fois les deux filles au relais, Victor et Ben déséquipent en nous faisant une super démo de dry.

image-2

17h, il est temps de retourner à la voiture et faire les sacs pour repartir vers Belledonne.
Petite montée au refuge à la frontale pour enfin arriver au “chaud” (..!) et profiter d’un repas gargantuesque (merci Kévin !) en compagnie de notre guest-star venue spécialement pour nous voir brasser le lendemain depuis sa terrasse..! 😉

Le lendemain, après une bonne nuit réparatrice et un petit déjeuner cinq étoiles, nous approchons de la Pointe du Sifflet, tous les moyens sont autorisés : raquettes ou brassage, au choix, selon les préférences personnelles !

Arrivés en bas du couloir, nous commençons à nous méfier des plaques de neiges qui pourraient se décrocher avec 15 personnes dans ce petit couloir. On décide alors de faire deux groupes.

Le premier groupe avec Ben chausse les crampons et s’attaque à l’arête Nord de la Pointe du Sifflet. Arrivés au niveau de l’arête, on est vite décoiffés par les énormes bourrasques de vent! Pas le temps de traîner, il fait bien trop froid sur l’arête, on progresse par cordées de deux en posant quelques coinceurs de temps en temps. Superbe vue mais personne n’a vraiment le courage de s’arrêter admirer le paysage avec le vent qui nous fouette le visage.. On se retrouve tous lors de la descente avant de retourner dans le chalet au chaud! Après un bon repas à l’abri, il est temps de faire quelques exercices de DVA pour clôturer la journée.

image-3

Le deuxième groupe, en attendant que les autres démarrent dans l’arête, écoute les conseils de Victor sur les encordements. Puis le vent se lève encore plus. Pas d’arête pas nous, mais direction le Pas de la Coche, le tout en gardant un oeil sur les summiters du Sifflet. Avec le vent, ça doit bastonner là-haut !

On s’arrête un peu avant le Pas, avec au programme : manips de corde, anneaux de buste, assurage à la taille, progression avec des anneaux dans la main, … Pour mettre tout ça en application, rien de tel qu’un peu d’expérimentation. On repère quelques “lignes” parmi les rochers et la végétation alourdie de neige, et c’est parti pour un moment de dry touffing par cordée de deux : prise de rhodos, crampons calés dans les cailloux, piolets plantés dans les touffes d’herbes, relai dans les arbres, et on en profite pour apprendre à construire un relai sur corps mort. Après ce passage ludique, on se retrouve en haut d’une petite pente pour une session “glissades”… plus ou moins maîtrisées. Le but : retenir son second en cas de chute, lors d’une progression efficace en corde tendue ou dans le cas d’une progression moins attentive avec un mètre de mou. On comprend vite l’utilité de garder de la tension permanente dans la corde ! Puis, c’est parti pour un exercice de recherche d’arva avec sondage et pelletage en V. Finalement, il commence à se faire tard, alors on rentre au refuge retrouver les autres et manger un bout avant de tranquillement retourner tous ensemble aux voitures.

Un grand merci à tous ! Ce fut une bien belle journée qui annonce une saison toute aussi belle 🙂

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookPrint this page
Les commentaires sont clos.