L’ice climbing festival, complétement givré!

L’ice climbing festival, complétement givré!

Ce récit fait le résumé des quelques jours d’un membre des Jeunes Alpinistes, à titre d’exemple.

 

J1 : journée dans le champsaur pour les plus en avance, route pour d’autres (On se souviendra des chutes de neiges tant attendues qui ont menacé de bloquer la route du col du Lautaret.)

Après les 3 bonnes heures de route, on est bien content de retrouver le super gîte où  l’on retrouve l’équipe qui a déja pu casser de la glace dans le Champsaur.

Un bien beau gite qui s’est remplit un peu plus chaque nuit.  On y aura plutot bien mangé, bu et dormi malgrès le bord** qui séchait dans dans les chambres et l’escalier!

J2 (vendredi)

Un groupe s’élance à proximité de Saint-véran (pour s’initier ou faussement débuter)

L’accès au site proche de Saint-Véran se fait moyennant 45 minutes de marche.
Découverte du site
Les plus expérimentés montent les voies en tête

 

Pendant ce temps, un autre groupe était allé trouver de la glace aux Orres.

On (re)découvre en toute sécurité comment bien placer les broches, bien planter les piolets (essayer de viser), grimper sur un cigare (président,…). Certains découvrent à leurs dépens l’intêret de cette surprenante visière que l’on retrouve sur certains casques.

Cette journée constitue un bien bel échauffement pour  la suites des aventures. Notre escapade se conclut par un tour dans le village le plus haut perché d’Europe, Saint-Véran!

Le bon repas du soir est suivi de conférences à l’Ice climbing. Il faut dire qu’il y a du beau monde (Lionel Daudet, ..). Des débats sont lancés comme la place de la femme dans l’alpinisme ou l’évolution technologique en montagne.

 

J3 (Samedi)

Très belle voie à Ceillac. C’est l’occasion pour certains de faire ses premières armes en réversible sur une grande voie, pour d’autres de s’aguerrir. Ca se bouscule un petit peu, surtout au démarrage quand on part avec des cordées de groupes encadrés avec l’Ice climbing festival. En fin de compte, malgré les quelques petites chutes de glaces, on n’aura pas trop emmelé les cordes.

On aura par la suite bien le temps de retourner au festival pour s’émerveiller devant le contest de Dry tooling. Bien que l’idée de grimper sur des prises d’escalades avec des piolets semble à priori absurde, il faut avouer que c’est joli à voir. Et très impressionnant!

La soirée est lancée, on a juste le temps de retourner prendre une douche au gite avant d’aller festoyer au festival. Nous mangeons, bougeons et nous déhanchons dans le gymnase d’Argentière-la-bessée.  Pas trop tard quand même, demain  y a cascade!

J4 (Champsaur)

Le gite est vidé, lavé, et nos sacs parés. Après avoir organisé les voitures, on finit par partir: destination Champsaur.

Nous sommes 5 cordées à se lancer dans le Y de Tourengs….

Normalement trois dans le Y de droite, deux dans le Y de gauche…  Le début est commun.

Finalement, nous serons 4 dans le Y de droite. Ca passe plutot bien, mais du coup il y a un peu d’attente. Et il fait froid, très froid… A en faire tomber un piolet!!

Entre le bris de glace sur le nez, le froid et la chute des piolets, on aura vu les principaux dangers de la cascade de glace.

Pour d’autres, il parait que dans le groupe espoir a fait les voies suivantes:

J1 Toureng J2 Crevoux J3 Fressinieres le Y J4 Fressinieres impatience

 

En bref,

Pour tout le monde, ca aura été un bien beau week end: de l’expérience et/ou simplement du fun pour certains, de la technique de glace et de la prise en confiance pour d’autres.  En tout cas du plaisir pour tous.

 

Compte-rendu par Guillaume Lorimier

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookPrint this page

Une réaction au sujet de « L’ice climbing festival, complétement givré! »

Les commentaires sont clos.

Les commentaires sont clos.